• Accueil
  • Dilatation endoscopique et pose de prothèse digestive

Dilatation endoscopique et pose de prothèse digestive

Les dilatations et pose de prothèse sont des techniques radio-endoscopiques qui se pratiquent par un gastro-entérologue formé spécifiquement permettant l’exploration et le traitement des rétrécissements (sténoses) du tube digestif.

Pourquoi faire une dilatation ou une pose de prothèse digestive ?

Les sténoses œsophagiennes engendrent des sensations de blocage alimentaire à la déglutition (dysphagie) voire une impossibilité de s’alimenter. Les sténoses situées plus bas, au niveau de l’intestin grêle ou du colon peuvent être responsables de douleurs abdominales, de nausées et/ou vomissements, voire une occlusion. Le but des dilatations ou des prothèses est de restaurer un calibre suffisant au passage des aliments.

Les principales indications de dilatations sont les sténoses non tumorales :

  • sténose cicatricielle de l’œsophage soumis au reflux gastro-œsophagien (sténose peptique),
  • sténoses cicatricielles du colon ou de l’intestin grêle lors des maladies inflammatoires chroniques (Maladie de Crohn et recto-colite hémorragique),
  • sténose cicatricielle post-opératoire sur les zones d’anastomose ou post-radiothérapie,
  • sténose fonctionnelle par hypertonie musculaire du sphincter inférieur de l’œsophage (achalasie).

Les principales indications de pose de prothèses sont les sténoses tumorales, quand un cancer du tube digestif va obstruer l’œsophage, le duodénum ou le colon.

Centre Hépato-gastroentérologie
Lyon Sauvegarde

Prendre rendez-vous

25 avenue des sources
69009 Lyon

04 72 52 28 32

Où nous trouver

Quelle préparation pour une dilatation ou une pose de prothèse digestive ?

Il est indispensable d’être à jeun, sans manger ni fumer depuis 6h. Les boissons claires sont autorisées jusqu’à deux heures avant l’examen.

Une consultation anesthésique est à réaliser au moins 48h avant l’examen. Lors de cette consultation le patient doit apporter sa dernière ordonnance de traitement et les examens récents, notamment cardio-respiratoires dont il a pu bénéficier.

L’arrêt des médicaments fluidifiant le sang (anticoagulants) est parfois nécessaire. La conduite à tenir vis à vis des traitements est donnée lors de la consultation anesthésique.

En cas d’allergie au produit de contraste iodé, une préparation médicamenteuse pourra être proposée.

Comment se déroule une dilatation ou une pose de prothèse digestive ?

L’examen se déroule au bloc opératoire d’endoscopie sous un amplificateur de brillance (appareil permettant de faire des images radiographique par rayon X) lors d’une anesthésie générale avec intubation de la trachée, permettant une anesthésie générale profonde et de protéger les voies aériennes d’une inhalation.

L’examen utilise un gastroscope ou un coloscope, tube flexible muni d’une caméra miniaturisée à son extrémité. Il est introduit par la bouche pour les gestes sur l’œsophage, l’estomac ou le duodénum ou par la l‘anus pour les gestes réalisés sur le colon ou l’iléon.

L’endoscope est inséré jusqu’au niveau de la sténose. Une opacification par injection de produit de radio-opaque au sein du tube digestif permet la réalisation de radiographie, et donc d’évaluer le diamètre et la longueur de la sténose. Des prélèvements à l’aide d’une pince à biopsie peuvent être réalisés.

Un fil métallique souple est ensuite inséré au travers de la sténose. Sur ce fil guide, va pouvoir être positionner un ballon de dilatation qui sera gonflé jusqu’à un diamètre prédéfini. Le principe de dilatation consiste à exercer une force radial qui va étirer et/ou déchirer les tissus. Les prothèses digestives sont métalliques et auto-expansives. Cela signifie qu’elles vont progressivement exercer une force d’expansion au sein de la sténose après leur positionnement et leur largage.

L’endoscope est désinfecté entre chaque patient suivant la réglementation en vigueur. Le petit matériel (cathéter, fil, ballon…) à usage unique est jeté après chaque examen.

Selon les cas, cet examen se déroule en hospitalisation ambulatoire ou en hospitalisation avec une nuit de surveillance après l’examen. En l’absence de complication immédiate, la prise de boissons voire une réalimentation légère est possible le soir même.

Quelles sont les complications ?

Tout acte médical, investigation, exploration, intervention sur le corps humain, même conduit dans des conditions de compétences et de sécurité conformes aux données actuelles de la science et de la réglementation en vigueur, recèle un risque de complication.

Les complications les plus fréquentes des dilatations et des poses de prothèses digestives sont :

  • une perforation digestive,
  • une hémorragie digestive,
  • les migration ou obstruction de prothèse.

Les perforations se révèlent le plus souvent dans les suites immédiates de l’endoscopie et se manifestent par des douleurs, de la fièvre, des frissons. Elles nécessitent habituellement une prolongation de l’hospitalisation et peut rendre une chirurgie nécessaire. L’hémorragie digestive peut survenir immédiatement ou dans les jours suivants l’examen et se manifester par des vomissements de sang et/ou des selles noires ou sanglantes. Elle peut nécessiter la réalisation d’une nouvelle endoscopie et conduire à une transfusion. Une migration ou obstruction de prothèse entraînent une récidive des symptômes et se soldent souvent par une nouvelle endoscopie pour pose d’une nouvelle prothèse.

Au moindre doute, le patient doit contacter son gastro-entérologue, son médecin traitant, ou se présenter aux services d’accueil des urgences.